La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Construire vos outils pour répondre à un appel d’offres

 

Répondre à un appel d'offresRépondre à un appel d'offresNotre approche, soutenue par des outils, favorise la compréhension des divers éléments d’un appel d’offres. Vous apprendrez à utiliser les arguments qui font la différence et qui vous permettent de mieux performer.

 

 

 

 

 

 

 Avant l’intervention

  • Difficulté de prendre une décision sur un appel d’offres
  • Possibilité d’un coût interne élevé

Après l’intervention

  • On contrôle les travaux
  • Simplifier la contribution du personnel en réduisant leur effort
  • Diminution du stress chez les employés

 Bénéfices

  • Augmenter vos revenus en gagnant davantage d’appel d’offres
  • Réduction des coûts de participation
  • Augmentation de la motivation chez les employés

 

Répondre efficacement et rapidement à un appel d’offres présente un défi pour plusieurs entreprises.  Cela peut rapidement devenir une source de stress pour le personnel impliqué, une dépense importante avec parfois un risque d’échec élevé.  Notre approche rigoureuse réduit ces risques et les dépenses et optimise les chances de succès.

 

Passez à l’action :
Atelier d’une heure         Atelier 3 heures            Atelier 7 heures


Pour en savoir plus

 

Outiller pour répondre à un appel d’offres voie ces origines à près de 70 ans. Le parti libéral s’était engagé avant l’élection de 1960 à ouvrir une commission d’enquête sur les pratiques administratives du gouvernement de l’Union Nationale. L’enquête eut lieu sous la présidence d’un juge. Elle établit qu’un système élaboré de financement frauduleux du parti au pouvoir à même des commissions versées par des entreprises bénéficiaires de contrats gouvernementaux, avait existé pendant de nombreuses années.

 

La première initiative de Jean Lesage fut de doter le Québec d’une fonction publique compétente, intègre et impartiale. Les postes clés furent confiés à des titulaires formés aux meilleures disciplines. Pour la première fois, on vit entrer au service du gouvernement des sociologues et des économistes. Des normes de rigueur et d’impartialité furent inscrites dans la loi concernant le recrutement et le cheminement de carrière des serviteurs de l’État.

 

L’existence d’une fonction publique intègre et jouissant d’un statut et de conditions de travail enviables a également permis d’offrir à la population des services de meilleure qualité et de mettre de l’ordre dans les transactions du gouvernement avec les fournisseurs privés de biens et de services.

 

Ces transactions se font maintenant sous l’empire de règles strictes de transparence, d’impartialité et d’équité. Tout contrat d’une valeur supérieure à un montant minimum doit être attribué suivant des règles qui obligent à favoriser l’entreprise ayant soumis la meilleure proposition. Ont ainsi été pratiquement éliminées les pratiques de commissions occultes qui eurent longtemps cours dans ce domaine.

 

Le gouvernement du Québec peut conclure 3 types de contrats :

  1. Contrat d'approvisionnement : qui comprend les contrats d’achat ou de location de biens meubles, lesquels peuvent inclure les frais d’installation, de fonctionnement ou d’entretien des biens.
  2. Contrat de service : englobent la prestation de services de conception, de création, de recherche, d’analyse ou de rédaction, et d’autres situations pour lesquelles un organisme public évalue généralement la qualité d’une soumission avant de conclure un contrat. Les contrats de services de nature technique, l’organisme n’a généralement pas besoin d’évaluer la qualité d’une soumission avant de conclure un contrat. Il doit plutôt s’intéresser à la conformité des soumissions reçues et le mode d’adjudication est le prix le plus bas. À titre d’exemple, il peut s’agir de contrats de déneigement, d’entretien ménager ou de déménagement.
  3. Contrat de travaux de construction : sont régis par la Loi sur le bâtiment du Québec. Les entrepreneurs doivent être titulaires de la licence requise. À titre d’exemple, il peut s’agir de contrats de terrassement et de gravelage, de construction de routes ou de rénovation de bâtiments.

 

L’appel d’offres public est une procédure formelle d’appel à la concurrence qui se caractérise par l’obligation, pour un organisme public, de publier un avis d’appel d’offres dans le système électronique d’appel d’offres, communément appelé SEAO. Toutes les entreprises répondant aux critères d’admissibilité ont le droit de soumissionner en réponse à l’appel d’offres public publié.

 

Avec vos nouveaux outils pour répondre à un appel d’offres, vous serez mieux équipé pour augmenter vos revenus. Voici une liste partielle des organismes publics du Gouvernement du Québec susceptible de publier des appels d’offres.

 

Ministères

  • Agriculture, Pêcheries et Alimentation
  • Énergie et Ressources naturelles
  • Santé et Services sociaux
  • Sécurité publique
  • Transports, Mobilité durable et Électrification des transports
  • Travail, Emploi et Solidarité sociale

 

Organismes

  • Centre de services partagés du Québec
  • Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail
  • Régie de l’assurance maladie du Québec
  • Société de l’assurance automobile du Québec
  • Société québécoise des infrastructures
  • Sûreté du Québec

 

Entreprises du gouvernement

  • Hydro-Québec
  • Investissement Québec
  • Loto-Québec
  • Revenu Québec
  • Société des alcools du Québec

 

S’ajoute à cette liste, d’autres organismes publiques comme les villes et les municipalités du Québec.